Rose Pastel

← Retour au journal

octobre 2018

Un jour c'est oui, un jour c'est non

En ce moment, et pas depuis quelques jours, je suis dans une période où je change d'avis vraiment fréquemment. Oliv me dit que c'est parce que je suis jeune et que je me construis. Sauf que ça finit par me jouer des tours. Ce mois-ci, j'ai décidé de déménager pour rejoindre le Nord (je vis dans le Sud). Et dans ce même-mois, j'ai décidé que, finalement, je n'irais plus. Et bien-sûr, j'avais pratiquement tout prévu : rendre mon studio, aller chercher l'autre moitié de mes affaires chez mes parents, demander à ma sœur et à des amis du Nord de m'héberger pour telles dates, (...)

Article du Libé

Ce matin, nous sommes allés au marché puis au café. Oliv est tombé sur un article dans le Libération qui me fait penser à mon expérience. Bouger pour s'en sortir, petite géographie de la recherche d'emploi. Certains ont beau jeu d'expliquer que la mobilité suffit à trouver un emploi et à sortir du chômage. Encore faut-il que le tissu économique de la France soit à peu près égal sur l'ensemble du territoire et permette de trouver partout la même qualité de service public, et des prix locatifs abordables. Du boulot, il suffirait de traverser la rue pour en trouver ou tout (...)

Je ne me rase plus

Ça fait bien 1 mois que je ne me suis pas rasée. En même temps, j'ai bien bien choisi ma période. Fin de l'été, début de l'automne. Je suis bien partie pour laisser mes poils faire leur vie comme ils le veulent durant tout l'hiver. Je suppose qu'il y aura des fois où je ne voudrais plus les voir. Je les couperais alors pour les grandes occasions, comme un mariage par exemple. Mais sinon, je ne suis plus à l'affut du moindre point noir qui pointe son nez sous l'aisselle et les gambettes. Bah, j'étais pas hyper à l'affut, à la base... Quand j'avais 2-3 millimètres de poil, j'étais (...)

Nouvelle identité

En ce moment, je pèle des doigts. Dit comme ça, c'est pas glamour. Je crois que c'est dû à mon dernier travail (manipuler les manuels, les cartons...) et peut-être aussi à cause de l'hiver qui s'installe, même s'il fait encore doux. Et alors, en y regardant de plus près, mes bouts de doigts sont tous lisses. Ça me fait penser aux criminels qui plongent leurs mains dans l'acide pour enlever leur empreintes digitales (le truc qu'on voit que dans les films, car en vrai, je sais pas si c'est possible). Et du coup, on dirait que je mue. Que je me refait une nouvelle identité. Je suis (...)